Opinions libres

Tous les articles

Ciotti et Mélenchon au Maroc: les leçons d’un soutien

Ciotti et Mélenchon au Maroc: les leçons d’un soutien

Une grande morale politique s’impose aujourd’hui au terme de ces visites de chefs de partis politiques français au Maroc. Le spectre politique français, dans son ensemble, non seulement soutient le Maroc dans sa bataille de recouvrer son unité territoriale, mais exprime aussi une empathie manifeste à l’égard des Marocains et de leur gouvernance politique. Une précieuse donnée qui peut agir sur une crise devenue chronique entre Rabat et Paris.

En temps normal, la visite d’un chef de parti français au Maroc aurait pu passer inaperçue, un événement anodin qui fait partie de l’épaisseur et de la richesse des relations non-gouvernementales entre les deux pays. Aujourd’hui, contexte de crise oblige, pareil événement devient un Breaking news à scruter, suivre avec attention, valoriser comme un fait chargé de messages, susceptible d’être porteur de notables accélérations. Cette situation a été vécue dans un passé récent lors de la visite d’une délégation du parti Les Républicains, conduite par leur patron Éric Ciotti et la maire du 7ème arrondissement, une des icônes du parti, Rachida Dati. Aujourd’hui, c’était à suivre à l’occasion de la visite du chef de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, dans diverses villes marocaines.

Lors de la visite d’Eric Ciotti, Les Républicains, un parti qui porte les espoirs de la droite d’incarner l’alternative à Emmanuel Macron lors des prochaines présidentielles, avait redit avec force son soutien sans faille à la souveraineté du Maroc sur ses provinces sahariennes. Éric Ciotti avait profité de sa visite pour clouer au pilori la politique d’Emmanuel Macron : «la politique qui est conduite aujourd’hui à l’égard du Maroc ne va pas dans la bonne direction. […] Elle est déséquliibrée». Tout en exprimant une position sans équivoque pour le Maroc : «sur la question du Sahara occidental, la souveraineté du Maroc est indiscutable».

Même si avec Jean-Luc Mélenchon, et pour des raisons de logiques propres au parti, la déclamation au soutien marocain n’a pas été aussi vocale et aussi tranchée, il n’empêche que toutes les interventions du chef des Insoumis français ont été empreintes d’une tonalité laudative à l’encontre du modèle marocain. Dans le bras de fer symbolique que se livre le Maroc avec Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon donne raison à Rabat. JeanLuc Mélenchon demande à Emmanuel Macron de prendre en considération les évolutions internationales autour du dossier du Sahara : «La prise de position des États-Unis d’Amérique, d’Israël et de l’Espagne a modifié le regard que le monde porte sur cette question. Je souhaite que mon pays le comprenne, et que dans tous les cas on n’en fasse pas un sujet de querelle avec les Marocains».

Les visites de personnalités comme Éric Ciotti et Jean-Luc Mélenchon au Maroc posent sur la table des discussions le positionnement des partis politiques français à l’égard des divergences qui empoisonnent les relations entre la France et le Maroc. Et il est aisé de se rendre compte que la majorité des partis politiques français penche plus vers le soutien de la souveraineté du Maroc que pour la sympathie pour la cause séparatiste. La droite traditionnelle, menée par Les Républicains d’Eric Ciotti, comme l’extrême droite incarnée par Marine Le Pen et Éric Zemmour sont totalement acquises à la cause marocaine.

À gauche de l’échiquier politique, le Parti socialiste ainsi que la gauche dite de gouvernement n’expriment plus aucune sympathie pour la politique agressive et destructrice du régime algérien dans la région du Maghreb. Cette tendance sera accentuée par les dernières prises de position de Jean-Luc Mélenchon au Maroc. Le seul parti qui demeure recroquevillé sur des convictions favorables à l’aventure séparatiste du Polisario reste le Parti communiste français. Mais le peu d’influence qu’il exerce sur la politique française le rend presque inaudible et inopérant, sauf quand il s’agit d’offrir une tribune au sein de l’assemblée à des personnes faisant la promotion du séparatisme anti-marocain.

Face à ce qui commence à ressembler à une presque unanimité des partis politiques sur la nature que la France doit entretenir avec les pays du Maghreb, le flou diplomatique entretenu volontairement par les choix d’Emmanuel Macron est difficilement explicable. Dans cette grande crise froide que traverse l’axe Paris-Rabat, de nombreuses voix issues de grands partis politiques ont, à plusieurs reprises, exigé de l’Elysée une meilleure clairvoyance dans sa gestion de cette crise avec le Maroc. De nombreuses voix ont dénoncé aussi le pari perdu du Président de la République sur le régime algérien. Emmanuel Macron semble en bonne position pour prendre le Maroc sans avoir réussi à gagner l’Algérie, comme en témoignent les relations névrotiques qu’Alger continue d’entretenir avec Paris et la grande difficulté à organiser une visite du président algérien A. Tebboune à Paris.

 

 

Par Mustapha. Tossa journaliste et politologue

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 04 Mars 2024

Vis Raghavan nommé directeur des services bancaires et vice-président exécutif de Citi

Lundi 04 Mars 2024

Logement : les amicales d’habitation sont de moins en moins appréciées

Lundi 04 Mars 2024

Conseil de gouvernement: focus sur le code des obligations et des contrats

Dimanche 03 Mars 2024

Global Soft Power Index : le Maroc classé parmi les 50 pays les plus influents au monde

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux