Diplomatie sécuritaire

Diplomatie sécuritaire

La récente visite du ministre français de l'Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, au Maroc, a marqué un tournant significatif dans les relations entre les deux nations. Cette rencontre, empreinte de symboles et de volonté commune, annonce un nouveau chapitre de coopération et de partenariat entre la France et le Maroc.

Au cœur des discussions entre Darmanin et son homologue marocain Abdelouafi Laftit, se trouvaient les défis sécuritaires communs et les moyens de renforcer la coopération bilatérale dans ce domaine. Alors que la France se prépare à accueillir les Jeux olympiques de 2024, la collaboration avec le Maroc, reconnu pour son expertise en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme, revêt une importance capitale.

Rappelons que dans les heures les plus sombres de son histoire récente, la France a pu compter sur un allié indéfectible : le Maroc, qui a des compétences éprouvées dans le domaine de la sécurité. Alors que le pays faisait face à une vague d'attentats terroristes d'une ampleur sans précédent, le Royaume s'est positionné en partenaire solide et en soutien inestimable. Les échanges d'informations, la coordination des efforts et le partage d'expériences ont permis de renforcer la résilience face à un ennemi commun, le terrorisme notamment.

C’est donc tout logiquement que la France exprime de nouveau, à travers Darmanin, sa confiance dans le savoir-faire marocain, fruit d'une expérience solide dans la gestion des crises et des menaces sécuritaires. La portée de cette visite va cependant bien au-delà des enjeux immédiats de sécurité. Elle incarne également la volonté des deux pays de consolider leurs relations sur les plans économique, culturel et politique.

Le Maroc, en tant que partenaire stratégique et acteur majeur dans la région, offre à la France des opportunités de coopération et d'investissement prometteuses. Toutefois, il convient de reconnaître que les relations franco-marocaines ont connu leur lot de défis et de différends par le passé. Des questions sensibles, telles que la gestion des visas, l’affaire Pegasus et la position de la France sur le Sahara marocain, ont parfois entravé la fluidité des échanges entre Rabat et Paris.

Aujourd’hui, il semble y avoir une volonté commune de surmonter ces obstacles et de construire une relation basée sur la confiance et le respect mutuel. Dans cette optique, il est essentiel que la France adopte une approche constructive et engageante, notamment en ce qui concerne le dossier du Sahara marocain.

Le Maroc, attaché à son intégrité territoriale, attend un soutien clair et sans équivoque de la part de ses partenaires internationaux, en particulier la France qui se dit «amie» du Royaume. 

 

 

F.Z Ouriaghli 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 17 Juin 2024

Hajj 2024 : les technologies numériques au service des pèlerins

Dimanche 16 Juin 2024

Algérie : déchéance et perfidie diplomatiques

Dimanche 16 Juin 2024

Hausse des salaires : «L’appareil exécutif doit avoir l’audace de mieux taxer les secteurs riches et monopolisés»

Dimanche 16 Juin 2024

Stress Hydrique: une approche novatrice pour la gestion durable de l’eau en milieu urbain

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux