Casablanca : lancement du programme "École de l'éducation climatique"

Casablanca : lancement du programme "École de l'éducation climatique"

Une trentaine de jeunes citoyens passionnés par les enjeux climatiques et environnementaux ont participé à la première activité du programme "École de l'éducation climatique" à Casablanca, vendredi dernier.

Ce projet, en collaboration avec Dar America Casablanca, est lancé par le Mouvement Youth for Climate Morocco.

L'objectif de cette association est de renforcer l'engagement civique des jeunes en faveur de l'environnement et de créer un réseau de jeunes qualifiés au Maroc pour relever les défis du changement climatique.

Le lancement de l'École de l'éducation climatique, qui coïncide avec la COP 28, vise à renforcer les capacités des jeunes à plaider efficacement lors de conférences et d'événements internationaux. L'accent est mis sur la défense des positions des pays les plus vulnérables, notamment le Maroc, face aux effets des changements climatiques, selon Oumaima Khalil Elfanne, présidente du Mouvement Youth for Climate Morocco.

Ce programme, qui cible environ 500 jeunes de la région de Casablanca-Settat, vise également à mobiliser les jeunes pour qu'ils contribuent aux prises de décision aux niveaux local, national et international. Selon Kenza Sammoud, directrice de l'École de l'éducation climatique, l'objectif est de former une génération proactive dans la lutte contre les changements climatiques, capable de proposer des solutions environnementales.

Le projet s'étalera sur 10 mois, comprenant une série d'activités hebdomadaires animées par des experts marocains et américains. Les thèmes abordés incluent la biodiversité, l'éducation, la santé, l'approche genre et l'action politique.

Parmi les participants, 25 porteurs de projets et d'idées à impact positif sur le climat seront sélectionnés pour intégrer l'écosystème du Mouvement Youth for Climate Morocco et bénéficier de son réseau de partenaires institutionnels et privés, tels que l'INDH, les centres régionaux d'investissements, les fondations, les banques et les industriels, comme l'a expliqué Abdelsadek Aghrinane, coordinateur de l'École de l'éducation climatique.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 03 Mars 2024

Global Soft Power Index : le Maroc classé parmi les 50 pays les plus influents au monde

Dimanche 03 Mars 2024

Protection des consommateurs: «Nous prônons une loi exclusivement consacrée à la publicité»

Dimanche 03 Mars 2024

Zlecaf: une aubaine pour l’Afrique

Dimanche 03 Mars 2024

Paiement mobile: la machine toujours grippée

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux