Bourse & Finances

Tous les articles

Banques : «Les clients doivent être vigilants et éduqués sur les différentes techniques de fraude»

«Les clients doivent être vigilants et éduqués sur les différentes techniques de fraude»

Le piratage et la fraude des comptes bancaires via les applications mobiles au Maroc est en hausse. Un constat alarmant qui met en évidence les mesures draconiennes que doivent entreprendre les établissements bancaires, mais aussi leurs clients. Entretien avec Mohamed Tmart, expert en sécurité informatique et fondateur du cabinet CapValue.

 

Propos recueillis par Ibtissam Z.

Finances News Hebdo : Pourriez-vous nous détailler les principales techniques utilisées par les cybercriminels pour pirater les comptes bancaires via les applications mobiles ? Quels sont les points faibles les plus courants que les utilisateurs doivent connaître ?

Mohamed Tmart : Les cybercriminels utilisent principalement le smishing, une technique qui consiste à envoyer des SMS frauduleux pour tromper les utilisateurs des applications bancaires et voler leurs identifiants de connexion. Ces messages semblent provenir de sources légitimes, comme des banques, et incitent les utilisateurs à cliquer sur des liens ou à fournir des informations personnelles. Une fois que l'utilisateur clique sur le lien, il est redirigé vers une page qui imite parfaitement le site de la banque. En saisissant ses identifiants de connexion sur cette fausse page, l'utilisateur donne directement accès à ses informations aux cybercriminels. Les points faibles courants incluent le manque de vigilance des utilisateurs face à ces messages, l'absence de vérification de l'authenticité des liens avant de cliquer, et la tendance à fournir des informations sensibles sous la pression de messages qui semblent urgents. Par exemple, un message peut indiquer qu'il y a un problème urgent avec le compte bancaire et demander des actions immédiates. Les utilisateurs doivent comprendre que les banques ne demandent jamais ce type d'informations par SMS.

 

F.N.H. : Justement, face à la hausse des fraudes bancaires au Maroc, quelles mesures concrètes devraient être mises en place, tant par les banques que par leurs clients, pour renforcer la sécurité des comptes ?

M. T. : Pour renforcer la sécurité des comptes, les banques doivent clairement informer leurs clients qu'elles ne demanderont jamais d'informations sensibles par SMS ou par email. Elles doivent également investir dans des systèmes de détection et de prévention des fraudes. Ces systèmes peuvent inclure des algorithmes d'apprentissage automatique qui détectent les transactions suspectes et alertent immédiatement les clients et les gestionnaires de comptes. Les clients doivent être vigilants et éduqués sur les différentes techniques de fraude. Il est crucial de ne jamais répondre aux SMS ou emails demandant des informations personnelles et de toujours vérifier l'authenticité des communications reçues. Si un client reçoit un message suspect, il doit immédiatement contacter sa banque par des canaux de communication vérifiés, tels que le numéro de téléphone officiel de la banque ou son site web officiel. En outre, les banques devraient organiser des campagnes de sensibilisation régulières pour éduquer les clients sur les risques de fraude et les mesures de protection. Elles peuvent utiliser des vidéos explicatives, des articles de blog, et des notifications dans leurs applications mobiles pour rappeler aux clients de rester vigilants.

 

F.N.H. : Disposez-vous de statistiques récentes sur l'ampleur de la fraude bancaire au Maroc ? Quelles sont les formes de fraude les plus répandues ? Quelles actions spécifiques pourraient être entreprises pour endiguer ce phénomène ?

M. T. : Il n'existe pas de statistiques officielles sur l'ampleur de la fraude bancaire au Maroc, mais ce genre de cybercrimes ne touche pas seulement les banques. En effet, tous les secteurs d'activité peuvent être concernés, et les cybercriminels profitent de toute opportunité pour exploiter les vulnérabilités des systèmes. Les formes de fraude les plus répandues sont le phishing et le smishing. Dans le cas du phishing, les cybercriminels envoient des SMS qui semblent provenir de sources fiables, comme des banques, pour inciter les utilisateurs à révéler leurs informations personnelles. Pour contrer ce phénomène, il est essentiel de mener des campagnes de sensibilisation pour informer les clients des dangers de ces techniques. Les clients doivent apprendre à reconnaître les signes de fraude, tels que les fautes d'orthographe dans les messages, les URL suspectes, et les demandes urgentes d'informations personnelles. Les banques doivent également renforcer leurs systèmes de sécurité en utilisant des systèmes de détection de fraudes et des systèmes de surveillance continue.

 

F.N.H. : Existe-t-il des différences significatives en termes de vulnérabilité entre les différentes banques marocaines face aux cyberattaques ? Si oui, quels facteurs entrent en jeu ?

M. T. : Oui effectivement, il existe des différences significatives en termes de vulnérabilité entre les banques. Ces différences sont souvent dues au niveau de sophistication des systèmes de sécurité en place, à la rapidité de réponse aux incidents de sécurité, et à l'efficacité des campagnes de sensibilisation auprès des clients. Les banques qui investissent davantage dans la cybersécurité et qui éduquent régulièrement leurs clients et leur personnel sur les risques de fraude sont généralement mieux protégées. Par exemple, certaines banques en Europe ont mis en place des systèmes de détection des fraudes en temps réel qui analysent les comportements de transaction et détectent les anomalies. D'autres banques ont renforcé leur infrastructure de sécurité avec des technologies de pointe telles que l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique. Les facteurs tels que la taille de la banque, le volume des transactions et le type de clientèle peuvent également influencer la vulnérabilité aux cyberattaques.

 

F.N.H. : Au-delà des conseils de base, existe-t-il des solutions de sécurité plus avancées que les utilisateurs pourraient adopter pour renforcer la protection de leurs comptes bancaires ?

M. T. : Les utilisateurs peuvent renforcer la protection de leurs comptes bancaires en utilisant l'authentification à deux facteurs (MFA), qui ajoute une couche supplémentaire de sécurité en exigeant une vérification supplémentaire. Cependant, il est important de noter que les cybercriminels savent utiliser des techniques d'ingénierie sociale pour contourner même ces mesures. Par exemple, lorsque le client clique sur un faux lien et communique ses identifiants de connexion, il reçoit généralement un appel téléphonique lui faisant croire qu'il s'agit de sa banque et lui demandant de communiquer le code pour passer l'étape du MFA. Pour se protéger, les utilisateurs doivent également surveiller régulièrement l'activité de leurs comptes et signaler immédiatement toute activité suspecte à leur banque. En évitant de cliquer sur des liens dans des SMS non sollicités et en ne fournissant jamais d'informations personnelles en réponse à ces messages, les utilisateurs peuvent considérablement réduire le risque de fraude. Dans le cadre de virement bancaire, il est également recommandé d’envoyer des SMS en français et en arabe informant les clients qu’une transaction est en cours de réalisation, ce qui pourra alerter les utilisateurs de toute activité suspecte liée à leurs comptes bancaires. Les utilisateurs peuvent aussi configurer des alertes pour les transactions bancaires, de sorte qu'ils reçoivent une notification immédiate pour toute transaction effectuée sur leur compte. Cela permet de réagir rapidement en cas de fraude. En conclusion, il est crucial de comprendre que la sécurité est un chemin, non pas une destination. La lutte contre les cybercrimes et les fraudes bancaires nécessite une vigilance constante et une adaptation continue aux nouvelles menaces. Les banques doivent investir dans des technologies de pointe et des systèmes de détection avancés, mais il est tout aussi important que les clients soient conscients des risques et adoptent des comportements sécurisés. Le client reste le maillon faible de la chaîne de sécurité. Les cybercriminels exploitent souvent la crédulité et le manque de vigilance des utilisateurs pour obtenir leurs informations sensibles. En éduquant les clients sur les techniques de fraude et en leur fournissant les outils nécessaires pour se protéger, nous pouvons renforcer la sécurité globale des transactions bancaires. La coopération entre les banques et leurs clients est essentielle pour créer un environnement sécurisé et réduire les risques de fraude.

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 13 Juin 2024

Maroc météo : fortes rafales de vent avec chasse-poussières vendredi et samedi dans plusieurs provinces

Jeudi 13 Juin 2024

Fonds Mohammed VI pour l'investissement : 300 millions de DH engagés à ce jour

Jeudi 13 Juin 2024

Aïd Al-Adha : Bank Al-Maghrib prend des mesures pour assurer l'approvisionnement des GAB

Jeudi 13 Juin 2024

Bank Al-Maghrib : malgré l'inflation basse, le marché table sur un nouveau statu quo

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux