Guerre en Ukraine: la croissance du commerce mondial pourrait être divisée par deux, selon l'OMC

Guerre en Ukraine: la croissance du commerce mondial pourrait être divisée par deux, selon l'OMC

La guerre en Ukraine a non seulement créé une crise humanitaire d’une immense ampleur, mais a également fortement ébranlé l’économie mondiale, une situation que le Secrétariat de l’OMC a analysée dans une note publiée le 11 avril, qui examine les conséquences pour le commerce et le développement au niveau mondial.

"Le poids de la souffrance et de la destruction est ressenti par le peuple ukrainien lui-même, mais les coûts en termes de réduction du commerce et de la production sont susceptibles d'être ressentis par les populations du monde entier en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires et de l'énergie et de la disponibilité réduite des biens exportés par la Russie et l'Ukraine", selon la note du Secrétariat.

"Les pays les plus pauvres sont très exposés à la guerre, car ils ont tendance à consacrer une plus grande partie de leurs revenus à l'alimentation par rapport aux pays plus riches", poursuit-il. "Cela pourrait avoir un impact sur la stabilité politique."

À l'aide d'un modèle de simulation économique mondiale, le Secrétariat prévoit que la crise pourrait réduire la croissance du PIB mondial de 0,7 à 1,3 point de pourcentage, portant la croissance entre 3,1 % et 3,7 % pour 2022. Le modèle prévoit également que la croissance du commerce mondial cette année pourrait être réduit de près de moitié, passant des 4,7 % prévus par l'OMC en octobre dernier à 2,4 % à 3 %.

Bien que les parts de la Russie et de l'Ukraine dans le commerce et la production mondiaux soient relativement faibles, ce sont d'importants fournisseurs de produits essentiels, notamment de denrées alimentaires et d'énergie. Les deux pays ont fourni environ 25 % du blé, 15 % de l'orge et 45 % des exportations de produits à base de tournesol en 2019. La Russie représentait à elle seule 9,4 % du commerce mondial des carburants, dont 20 % des exportations de gaz naturel.

La Russie et l'Ukraine sont également des fournisseurs clés d'intrants dans les chaînes de valeur industrielles. La Russie est l'un des principaux fournisseurs mondiaux de palladium et de rhodium, des intrants clés dans la production de convertisseurs catalytiques pour automobiles, fournissant 26 % de la demande mondiale d'importation de palladium en 2019. La production de semi-conducteurs dépend dans une large mesure du néon fourni par l'Ukraine. Des perturbations dans l'approvisionnement de ces intrants pourraient frapper les constructeurs automobiles à un moment où l'industrie se remet tout juste d'une pénurie de semi-conducteurs, souligne la note.

Certaines régions seront plus durement touchées par la guerre que d'autres. L'Europe, principale destination des exportations russes et ukrainiennes, devrait subir le plus gros de l'impact économique. La réduction des expéditions de céréales et d'autres denrées alimentaires fera également grimper les prix des produits agricoles, avec des conséquences négatives pour la sécurité alimentaire dans les régions les plus pauvres.

L'Afrique et le Moyen-Orient sont les régions les plus vulnérables, car ils importent plus de 50 % de leurs besoins céréaliers d'Ukraine et/ou de Russie. Au total, 35 pays d'Afrique importent de la nourriture et 22 importent des engrais d'Ukraine, de Russie ou des deux. Certains pays d'Afrique subsaharienne sont confrontés à la possibilité d'une hausse des prix allant jusqu'à 50 à 85 % pour le blé en raison de l'impact de la guerre sur les expéditions de céréales de la région.

"La crise actuelle est susceptible d'exacerber l'insécurité alimentaire internationale à un moment où les prix des denrées alimentaires sont déjà historiquement élevés en raison de la pandémie de COVID-19 et d'autres facteurs", prévient la note du Secrétariat.

L'un des risques à plus long terme est que la guerre puisse déclencher une désintégration de l'économie mondiale en blocs séparés. Les sanctions économiques pourraient amener les grandes économies à s'orienter vers un « découplage » fondé sur des considérations géopolitiques, dans le but d'atteindre une plus grande autosuffisance en matière de production et de commerce. Même si aucun bloc formel n'émerge, les acteurs privés pourraient choisir de minimiser les risques en réorientant les chaînes d'approvisionnement.

La note du Secrétariat prévient que les pertes de revenus résultant d'un tel développement "seraient graves, en particulier pour les économies émergentes et en développement". Au niveau mondial, elle pourrait réduire le PIB à long terme d'environ 5 %, notamment en restreignant la concurrence et en étouffant l'innovation. Il est important de noter que la baisse du PIB pourrait être plus sévère car l'estimation ne prend en compte qu'un ensemble limité de gains commerciaux qui seraient perdus.

"Cela souligne l'importance du système commercial multilatéral fondé sur des règles, notamment parce que l'OMC fournit des fonctions qui peuvent aider à amortir l'impact de la crise", indique la note du Secrétariat. "Le maintien des marchés ouverts sera essentiel pour garantir que les opportunités économiques restent ouvertes à tous les pays", conclut l'Organisation.

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 15 Juillet 2024

Aérien: Airbus prévoit un doublement de la flotte mondiale d'ici 20 ans

Dimanche 14 Juillet 2024

Filière fruits : la période estivale marquée par la hausse des prix

Samedi 13 Juillet 2024

Incident à un meeting de Trump en Pennsylvanie : évacuation et blessure signalée

Samedi 13 Juillet 2024

Immobilier : des réalisations, mais aussi du retard à combler

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux