BTP: le plan anti-inflation de TGCC

BTP: le plan anti-inflation de TGCC

Croissance des activités et gestion du risque inflationniste ont permis à TGCC de dégager un EBITDA en croissance de 35% au premier semestre et un RNPG en hausse de 65%, en ligne avec les objectifs de l’IPO. Le management se dit confiant sur l’atterrissage du résultat annuel.

 

Par A. Hlimi

Comment maintenir ses marges dans un marché du BTP où toutes les matières premières, de l’acier au bois, en passant par le verre et l’aluminium, flambent de 40,50 à 60% ? C’est la petite prouesse réalisée par le groupe TGCC au premier semestre qui, dans l’ensemble, a légèrement augmenté ses prix. Mais a surtout maté ses charges fixes.

 

Une recette à 4 ingrédients

Mohammed Bouzoubaa, PDG de la société, nous confirme qu’au début du deuxième semestre, les matières restent à des niveaux élevés. Si ce n’est pour l’acier qui corrige un peu, les prix de l’aluminium, du verre et du bois sont toujours tendus. Asmaa Abaragh, DGA support de TGCC, explique la stratégie pour atténuer l’effet de l’inflation : «Dès fin février, nous nous sommes mobilisés pour trouver des solutions concrètes. D’abord, nous avons optimisé la gestion de nos approvisionnements en améliorant le circuit de la logistique et sans réduire la production». La société se devait d’éviter les effets spéculatifs des fournisseurs qui peuvent influencer la disponibilité de la matière.

Le second levier concerne la régularisation des marchés. En d’autres termes, réviser les prix. Sur ce volet, Mohammed Bouzoubaa explique que certains clients du privé ont bien voulu accepter de partager l’impact avec TGCC bien que rien ne les y obligeait. Pour les clients du public, les révisions apportées ne répondent pas vraiment aux fluctuations qu’ont connues les coûts des matières premières.

«Les associations professionnelles ont adressé une lettre au chef du gouvernement pour demander de revoir la formule de révision des prix. Le chef du gouvernement y a répondu favorablement et des études ont été réalisées. Je pense que cela va avoir un impact positif et faire du bien à notre secteur», confie-t-il. Les professionnels dénoncent une formule de révision des prix obsolète qui ne prend pas en compte les méthodes de construction actuelles. Un troisième volet concerne la maîtrise des coûts fixes.

Optimisation des frais de transport, augmenter le taux d’utilisation des équipements, freiner les recrutements non nécessaires ou encore les frais de siège…Bref, une véritable chasse aux dépenses est menée en interne pour réduire les charges de structure. Enfin, il y a le pilotage du besoin en fonds de roulement et de la trésorerie en accentuant le recouvrement et en planifiant rigoureusement les décaissements. Tout ceci a eu comme impact d’afficher un EBITDA de 217 MDH, en hausse de 35% par rapport à la même période en 2021, pour un RNPG en hausse de 65%.

 

Tripler la taille de l’Afrique dans le chiffre d’affaires d’ici 2 ans

Le carnet de commandes connait une augmentation de 4,5% par rapport à fin 2021, pour s’établir à 7,2 Mds de DH à fin juin 2022. Mohammed Bouzoubaa s’attend à ce que la prise de commandes dépasse le milliard de dirhams d’ici la fin de l’année. Et pour cela, le marché local sera mis à contribution tout autant que l’Afrique subsaharienne, sur laquelle TGCC affiche une forte croissance. En effet, la part des filiales internationales dans les revenus du Groupe au terme du 1er semestre s’établit désormais à 10% contre 7% au premier semestre 2021.

Mounir Moustar, directeur International, prévoit que cette part va tripler dans un maximum de 2 ans. Un objectif confirmé par Bouzoubaa, pour qui la société ne cherche pas des opportunités isolées en Afrique. Mais y adopte une stratégie d’implantation pour y pérenniser le business. Actuellement, c’est en Côte d’Ivoire, et au Sénégal, où le Groupe assoie une position de plus en plus confortable, et d’autres annonces seront faites dans les mois à venir. A court et moyen termes, Mohammed Bouzoubaa se dit confiant sur l’atterrissage des indicateurs financiers 2022 et promet d’annoncer encore de bonnes surprises au marché qui, d’ailleurs, a salué les résultats au lendemain de leur publication. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 02 Decembre 2022

Saad El Mernissi : «Les opérateurs ont une faible connaissance de la règlementation en vigueur»

Vendredi 02 Decembre 2022

Concentrations économiques non notifiées: 30 jours pour être dans les clous

Vendredi 02 Decembre 2022

Maroc. Lancement d'une campagne médiatique pour la promotion du paiement mobile

Jeudi 01 Decembre 2022

Bourse: les valeurs stars d’une année de crise

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux