Bourse & Finances

Tous les articles

Épargne réglementée : une rémunération en baisse, mais un taux réel enfin positif

Épargne réglementée : une rémunération en baisse, mais un taux réel enfin positif

Malgré une baisse de la rémunération, les comptes sur carnet retrouvent un taux de rendement réel positif grâce à une inflation maîtrisée.

 

Par Y. Seddik

Alors que l'inflation retrouve les plus bas de mars 2021, s'établissant à 0,2% en avril 2024, et que les taux obligataires se stabilisent, la rémunération de plusieurs produits d'épargne réglementée, notamment les populaires comptes sur carnet, a connu une baisse. Selon les dernières statistiques de Bank Al-Maghrib (BAM) pour mars 2024, le taux de rémunération des dépôts à terme a diminué.

Les dépôts à 12 mois ont perdu 13 points de base pour atteindre 2,82%, tandis que les dépôts à 6 mois ont enregistré une baisse plus significative de 27 points de base, s'établissant à 2,38%. Les comptes d'épargne ont également vu leur taux minimum de rémunération baisser de 25 points de base par rapport au semestre précédent, fixé à 2,73% pour le premier semestre 2024. Rappelons que ce taux est calculé à partir du taux moyen pondéré des bons du Trésor à 52 semaines, minoré de 50 points de base.

Malgré cette baisse, la stabilisation actuelle des taux courts laisse présager une rémunération des produits bancaires relativement stable dans les prochains semestres. Plus important encore, cette évolution, combinée à une inflation maîtrisée, permet aux épargnants de protéger leur capital et de retrouver un taux de rendement réel positif, ce qui n'était pas le cas il y a quelques mois, lorsque les taux de rendement réels étaient négatifs. Signalons que les dépôts des ménages ont atteint 874,4 Mds de DH, en hausse annuelle de 4,6%, avec 204,9 Mds de DH détenus par les Marocains résidant à l'étranger (MRE), alors que les dépôts des entreprises privées ont progressé de 7,4% à 204,7 Mds de DH, toujours selon les données de BAM.

Cette augmentation des dépôts, tant des ménages que des entreprises, reflète une confiance renouvelée dans le système financier et une volonté accrue d'épargner malgré la baisse des taux de rémunération. En somme, si la baisse de la rémunération des comptes sur carnet peut sembler décevante, elle s'inscrit dans un contexte de stabilisation des taux et de maîtrise de l'inflation. Elle permet surtout aux épargnants de retrouver un taux de rendement réel positif.

Pourquoi les DAT séduisentils les Marocains ?

Contrairement à l’épargne risquée, les dépôts à terme (DAT) continuent de séduire les épargnants marocains, et ce n'est pas un hasard. Leur popularité repose sur un cocktail de sécurité, de rendement garanti et de praticité qui en font un placement de choix pour tous les profils, qu'ils soient résidents ou non-résidents. D'abord, la sécurité : le capital investi est garanti par le Fonds de garantie des dépôts, ce qui rassure les épargnants les plus prudents. Ensuite, le rendement: le taux d'intérêt fixe, déterminé en fonction des taux du marché, de la durée et du montant du placement, permet de connaître à l'avance le montant des gains, une prévisibilité appréciée en ces temps incertains. Les intérêts sont calculés quotidiennement et versés à l'échéance, qui peut aller de 3 à 24 mois.

Les DAT offrent également une certaine flexibilité, avec la possibilité, sous conditions, d'obtenir une avance sur le montant bloqué. Enfin, leur fiscalité avantageuse, avec une retenue à la source de 30% sur la plus-value pour les résidents, 10% pour les MRE et une exonération pour les placements en devises des nonrésidents, ainsi que l'absence de frais, en font un produit particulièrement attractif. Faciles d'accès et disponibles dans la plupart des banques, les DAT constituent ainsi un placement sûr, rentable et pratique, qui répond aux attentes d'une large frange de la population marocaine. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 20 Juin 2024

Impact important de l'Aid sur le déficit de liquidité bancaire

Lundi 17 Juin 2024

Hajj 2024 : les technologies numériques au service des pèlerins

Dimanche 16 Juin 2024

Algérie : déchéance et perfidie diplomatiques

Dimanche 16 Juin 2024

Hausse des salaires : «L’appareil exécutif doit avoir l’audace de mieux taxer les secteurs riches et monopolisés»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux