Guelmim-Oued Noun: la dynamique entrepreneuriale en marche

Guelmim-Oued Noun: la dynamique entrepreneuriale en marche

Le bilan du partenariat conclu entre le Conseil régional de GuelmimOued Noun et le Centre marocain pour l'innovation et l'entrepreneuriat social est positif à plusieurs égards.

 

Par M. Diao

L’ accord de partenariat conclu le 26 décembre 2020 entre le Conseil régional de Guelmim-Oued Noun et le Centre marocain pour l’innovation et l’entrepreneuriat social (MCISE), qui vise à encourager les différentes communautés de la région Guelmim-Oued Noun (GON) à s’investir dans le domaine de l'entrepreneuriat social, a enregistré des résultats encourageants. Concrètement, plusieurs programmes générateurs de richesse ont vu le jour au niveau de Guelmim, Tan Tan, Sidi Ifni et Assa Zag. Les différents programmes ont enregistré la participation de près de 2.500 personnes, avec à la clef plus de 380 porteurs de projets accompagnés et une totalité de 40 projets incubés.

Par ailleurs, 9 SARL ont été créées. Sur le plan social, la collaboration entre le Conseil régional et le MCISE a permis l’accompagnement de 35 associations locales qui ont vu leurs capacités renforcées. A cela s’ajoutent 170 lycéens épaulés dans le cadre du même partenariat. Parmi les porteurs de projets incubés dans la région, notamment à Sidi Ifni, Abdelkarim, un jeune homme de 26 ans, doté d’une expérience dans le domaine de la parfumerie. L’entrepreneur en herbe a souhaité briser le stéréotype d’utilisation des ressources locales en proposant un parfum fait à base d’argan.

Issu de la même province, Mohamed, âgé de 35 ans, s’est lancé le challenge de la préservation de l’eau dans les provinces du Sud, tout en répondant à la problématique des bouteilles en plastique. Une matière toxique à haute température. Le jeune homme a eu l'idée innovante de produire des bouteilles faites à base d’argile, capables de préserver la fraicheur de l'eau. Aicha, une jeune femme de 28 ans, originaire de Tan Tan, a également bénéficié d’un accompagnement adapté. Celle-ci est passée d'enseignante à fondatrice de la coopérative SEA SILK. Son idée est née d’une volonté de combattre les croyances en la masculinisation de certains métiers. Partant du constat que les femmes qui maîtrisent la couture se limitent au prêt-à-porter et aux habits traditionnels en général, Aicha s’est lancée le challenge d’entreprendre dans le domaine de la couture de filets de pêche.

Avec le programme Dare Inc, son idée a pris forme. L’objectif de la jeune femme est de monter une structure capable de produire des filets de pêche. Au final, notons que les différents projets issus du partenariat entre le Conseil régional et MCISE ont pu voir le jour et être accompagnés dans leur création à travers plusieurs programmes, notamment Dare Inc, Mincom, Dar space, Tanara, Chabaka, Soar. Ces différentes initiatives sont la résultante de 10 ans d’expertise du MCISE sur le terrain et de ses partenaires. Et ce, en matière d’incubation de projets d’entrepreneuriat social et d’inspiration à l’entrepreneuriat. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 09 Aout 2022

L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021

Jeudi 04 Aout 2022

Maroc: plus de 48.000 entreprises créées à fin juin 2022

Mercredi 03 Aout 2022

Agriyoung Innovate: le roadshow se poursuit

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux