Tourisme: «L’industrie reprend des couleurs dans la région Casablanca-Settat»

Tourisme: «L’industrie reprend des couleurs dans la région Casablanca-Settat»

Le tourisme reprend du poil de la bête. Au terme de l’exercice 2022, le Maroc a accueilli quelque 10,9 millions de touristes, soit un taux de récupération par rapport à son niveau d’avant la pandémie de 84%.

La région Casablanca-Settat a–t-elle tiré profit de cette reprise ?

Le point avec Othman Cherif Alami, président du Conseil régional du tourisme de Casablanca-Settat.

 

Propos recueillis par A. Diouf

Finances News Hebdo : Le secteur touristique marocain retrouve progressivement des couleurs après la rude crise induite par le Covid19. Comment s’est globalement passée l’année 2022, et particulièrement dans la région CasablancaSettat ?

Othman Cherif Alami : L’année 2022 a vu la fin du confinement du Royaume du Maroc en début février. Nous avons ainsi pu clôturer l’année avec des chiffres qui sont globalement satisfaisants. Mais, s’agissant de la région de CasablancaSettat, les indicateurs ne sont pas très bons, puisqu’on n’a pas pu dépasser la moyenne de 40% de taux d’occupation des hôtels agréés de 5, 4 et même 3 étoiles. Ceci étant, nous avons ici une spécificité qui s’appelle le tourisme d’affaires, qui a contribué à ce chiffre d’affaires à hauteur de 25%. En effet, lorsqu’en février nous avons ouvert les frontières, nous avons eu un mois de mars exceptionnellement bon, avec tous les hommes d’affaires qui sont revenus à Casablanca pour suivre leurs business et signer des contrats. Ensuite, nous avons eu le Ramadan, suivi des mois de mai et juin où le tourisme d’affaires n’est pas généralement florissant. Finalement, nous n’avons pas bénéficié du véritable retour des visiteurs étrangers dans notre région. Mais, la ville d’El Jadida a atteint 50% pratiquement, puisqu’elle est dotée de ressorts en bord de mer avec des activités sportives exceptionnelles comme le golf, etc. En chiffre d’affaires et en nombre de visiteurs, nous avons été, malgré tout, à la hauteur de 2019, c’est-à-dire à 70%.

 

F.N.H. : Le tourisme d’affaires a-t-il été affecté par la décision de délocaliser les foires et salons qui se tenaient à la Foire de Casablanca, à El Jadida ?

O. C. A. : Comme vous le savez, la décision de délocaliser les évènements du palais de la foire de Casablanca à El Jadida fait suite à l’installation de l’hôpital de 700 places d’accueil et de traitement des malades du Covid-19 sur ce terrain. Et nous sommes heureux de constater l’intérêt que les opérateurs ont pour la ville d’El Jadida, avec son magnifique pavillon qui a reçu énormément d’expositions au cours des années 2020, 2021 et 2022, malgré le confinement. Cependant, cette année, Casablanca va, je l’espère, retrouver son fameux palais de la foire et également le centre d’exposition de l’Office des changes après sa mise à niveau. Aujourd’hui, nous sommes en train de travailler pour la future transformation du palais de la foire de Casablanca en un centre de réunions et d’expositions. Et les pré-études que le CRT de Casablanca - Settat a co-pilotées avec la SDL Casa Events et Animations et la région, nous ont confortés dans ce projet. En effet, cette transformation permettra d’obtenir 2.100 places assises de très grand confort aux normes internationales à l’intérieur du palais de la foire. Et à côté, nous aurons toujours les 12.000 m2 (au lieu de 18.000) disponibles pour les expositions. Le ville de Casablanca témoignent un intérêt tout particulier pour ce projet. Et avec les différentes autorités locales et nationales, nous sommes tous mobilisés pour trouver le financement qui est facilement à la portée de la région.

 

F.N.H. : Comment se profile la saison touristique 2023 en général pour la destination Maroc, et Casablanca en particulier ?

O. C. A. : Le Royaume du Maroc a bénéficié d’une très bonne image de sécurité au niveau sanitaire, et cela a conforté la reprise au niveau du secteur touristique. En plus, son attractivité, son soleil et ses espaces naturels font toujours la une des top ten chez les clients européens. Partant, la tendance est bonne pour le Maroc. Les commandes sont parfaitement alignées avec de futurs bons résultats. En effet, depuis début février 2023, nous voyons que les réservations augmentent progressivement chez tout le monde, et particulièrement à Marrakech et Agadir. Pour Casablanca, le challenge en 2023, c’est de retrouver les chiffres de 2019. C’est-à-dire plus d’1,6 million de visiteurs étrangers qui puissent rester au moins deux nuits et plus, sachant que la moyenne nationale est de 2,3 nuits. A Casablanca, nous espérons les garder plus longtemps que la moyenne nationale et, pour cela, nous avons une stratégie et pouvons compter sur plusieurs projets qui seront achevés cette année. Nous avons l’ouverture de l’église du Sacré cœur au mois de mars, qui a été complètement rénovée par Casa Patrimoine, avec un budget de 40 à 50 millions de DH. Elle sera disponible pour de grands évènements culturels et des animations spéciales (festival, jazz, théâtre, conférence, etc.) à partir d’avril-mai prochain, et pourra accueillir des évènements de 600, voire 800 personnes. Nous avons aussi l’ouverture prochaine du quai de croisière qui s’étend sur 600 mètres. Cela permettra de recevoir plus de croisiéristes. Cette année, il y aura également l’ouverture du grand théâtre de Casablanca, des lignes 4 et 5 du Tramway de Casablanca ainsi que de la première ligne Busway dans la capitale économique du Royaume.

 

F.N.H. : Je pense que toutes ces actions que vous avez citées figurent dans votre plan stratégique 2023-2027. Y en a-t-il d’autres que vous voudriez partager ?

O. C. A. : Oui. Avant de poursuivre sur les autres actions que nous envisageons cette année, j’aimerais signaler que notre plan stratégique se base sur le plan régional Cap 2027 que la région a voté, et qu’elle va définitivement agréer lors de sa session biannuelle prévue en mars. Il y a également le plan de développement communal que la ville a acté. Dans ces deux feuilles de route, le Conseil régional de Casablanca-Settat et la Commune de Casablanca montrent leur intérêt pour les industries touristiques, à travers trois axes prioritaires à développer. Le premier, ce sont les congrès, les incentives et les expositions. Le second, c’est le développement des petites entreprises aux belles réalisations touristiques dans le monde et le territoire rural. Et le troisième, ce sont les weekends de loisirs, culture, évènement, festival que nous sommes en train de travailler. Maintenant, s’agissant des actions à venir qui vont avoir une incidence sur l’attractivité de Casablanca et donc sur son tourisme, il y a d’autres projets. J’aimerais revenir d’abord sur la transformation du palais de la foire de Casablanca pour vous dire qu’elle sera effective en juillet 2024. Nous sommes en train de travailler à l’organisation d’un congrès qui accompagnera son inauguration, et notre objectif est de profiter de cette infrastructure pour transformer Casablanca en capitale du MICE (Meeting, Incentive, Congrès Events). A noter qu’en plus de ce chantier, nous avons de très beaux espaces (des chapiteaux, de belles salles de réunion dans les meilleurs hôtels ici à Casablanca, à El Jadida ou à Bouznika). Nous prévoyons aussi le lancement du grand palais des congrès et travaillons sur le développement du tourisme rural pour faire la promotion de tous les produits merveilleux qui existent dans la région.Bref, l’industrie touristique reprend des couleurs dans la région Casablanca-Settat d’une manière officielle, car elle est devenue une destination touristique même pour les nationaux, avec le shopping, le médical, les études, ses stations traditionnelles (habbous, ancienne médina), ses forêts de Benslimane et de Bouskoura ainsi que ses 235 km de côtes balnéaires. D’ailleurs, la région nous a demandé de réfléchir aux activités sportives et de loisirs qui pourront être développées sur tout ce littoral qui va de Sidi Bennour, Oualidia jusqu‘à Bouznika.

 

F.N.H. : La mise en œuvre de ce plan va certainement demander de travailler avec des partenaires. Qui sont-ils et sur quels axes votre coopération sera-t-elle orientée ?

O. C. A. : Comme vous le savez, le CRT est composé des autorités locales, avec son président d’honneur qui est le Wali, des élus de la région et de la ville ainsi que de tous les professionnels du tourisme. Nos premiers partenaires sont naturellement la région et la ville. Ces deux institutions nous aident à prendre de l’élan dans la mise en œuvre des différentes stratégies que nous élaborons. Nous avons aussi un partenariat particulier avec l’Office national du tourisme (ONMT) qui grandit sans cesse, parce que l’ONMT veut véritablement faire de Casablanca une image supplémentaire et complémentaire des autres destinations phares du Maroc. Sans oublier la SDL Casa Events et Animations qui est également un partenaire du développement du tourisme, puisqu’elle nous accompagne dans les campagnes de promotion nationale et internationale. 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 24 Juillet 2024

Consommer local: le patriotisme économique à la portée de tous ?

Mardi 23 Juillet 2024

Made in Morocco : « La vision industrielle globale du Maroc est d’abord axée sur la souveraineté»

Mardi 23 Juillet 2024

Production locale : l’essor des partenariats public-privé

Lundi 22 Juillet 2024

Maroc. L'inflation à 1,8% en juin

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux