Immobilier: le segment des studios a le vent en poupe

Immobilier: le segment des studios a le vent en poupe

Il répond à l’évolution socioéconomique de certains ménages marocains dans les grandes villes.

Ces produits sont faciles à financer par les acquéreurs et intéressants pour les investissements locatifs.

 

Par C. Jaidani

Le marché de l’immobilier marocain est en perpétuelle transformation, surtout dans les grandes villes. L’essor économique et démographique et la rareté du foncier ont entraîné une extension continue du périmètre urbain pour répondre à la demande en logements. Face à cette situation, les derniers plans d’aménagement ont donné la possibilité à des quartiers industriels et des zones villas à se transformer en quartiers résidentiels offrant la possibilité de construire en hauteur (R+4, R+5 ou plus).

La typologie d’habitat a également changé, privilégiant de plus en plus les petites superficies. Actuellement, les studios ont le vent en poupe et deviennent très prisés par les acquéreurs et fortement investis par les promoteurs. Alors qu’auparavant, le segment était une niche marginale dans le volume des ventes globales de logements. «Le marché de l’immobilier reflète l’évolution socioéconomique de la société marocaine.

Face à la flambée des prix de l’immobilier, les ménages acceptent de vivre dans de petites superficies à des prix abordables. Ce qui n’était pas le cas par le passé. Ils cherchent des logements qui correspondent à leurs capacités de financement. Ils n’ont pas beaucoup de choix : soit opter pour le logement social qui est localisé dans la périphérie de la ville, soit la location ou encore acheter des studios. Cette dernière option intéresse particulièrement les primo-accédants et les jeunes issus de la classe moyenne», souligne Mohamed Alaoui, expert en immobilier.

Il explique que «la plupart des acquéreurs de ce type d’habitat le font pour des raisons pratiques. En moyenne, le prix de ces produits est situé à moins d’un million de dirhams. Du coup, il est plus facile à financer. Implantés dans des quartiers résidentiels, ils assurent à leurs propriétaires une certaine distinction sociale. Ces lieux sont plus ou moins proches de leurs lieux de travail. Ce qui leur fait économiser les frais de transport, et parfois les frais de restauration car ils peuvent prendre leurs repas chez eux».

L’intérêt pour les studios s’explique aussi pour des raisons économiques. De l’avis de plusieurs experts interrogés sur le sujet, c’est un investissement juteux. Il est facile à louer, à entretenir et aussi à revendre. «Les offres et les demandes de location de studios sont en perpétuelle croissance. C’est le type de logement où il est plus facile de concrétiser les opérations. Il est demandé par différentes catégories socioprofessionnelles, mais avec un intérêt particulier de la part des étudiants ou les ménages qui sont dans l’attente d’acheter leur propre appartement», affirme Mohamed Lahlou, président de l’Union des agents immobiliers de Casablanca-Settat.

Avant d’ajouter que «de nombreux investisseurs placent leur argent dans ce genre de projets qui, à travers la location, leur assure une source de revenu stable et régulière. Quand un locataire quitte ou à la fin d’un contrat, ils ne trouvent pas beaucoup de peine pour conclure un nouveau contrat. Ce qui n’est pas le cas pour les autres types de logements où il faut du temps pour concrétiser l’opération». Face au succès des studios, les promoteurs portent à leur tour un intérêt grandissant pour le segment. «Contrairement aux orientations du marché qui est toujours en berne, la catégorie des studios affiche une percée remarquable. C’est un produit où la plupart de l’offre est vendue sur plan. Les professionnels du secteur préfèrent écouler rapidement leurs stocks, car c’est de l’argent inactif. Cela permettra une bonne rotation de leurs projets», indique Hassan Rahbaoui, promoteur immobilier.

Avec le succès rencontré, il existe actuellement une concurrence acharnée entre les opérateurs du secteur pour séduire la clientèle. Les éléments d’attractivité se situent non seulement au niveau des prix, mais aussi de la qualité de construction et des équipements. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 25 Fevrier 2024

Tourisme: avec «Go Siyaha», le Maroc veut attirer une nouvelle génération de touristes

Dimanche 25 Fevrier 2024

Valorisation des déchets : une alternative viable pour l'industrie marocaine

Samedi 24 Fevrier 2024

Marocains résidant à l'étranger: «Leurs investissements au Maroc représentent seulement 10% des transferts»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux