Filière laitière: un secteur à la peine

Filière laitière: un secteur à la peine

Confrontée à une sécheresse sans précédent, les impacts de la pandémie et les répercussions de la guerre en Ukraine, la production laitière nationale est mise à rude épreuve.

 

Par K. A.

Au cœur de l'économie agricole marocaine, la filière laitière est un secteur clé pour l'autosuffisance alimentaire du pays. Toutefois, elle se trouve aujourd'hui à la croisée des chemins, confrontée à d'importants défis, notamment climatiques et économiques, qui menacent sa stabilité et sa capacité à subvenir aux besoins de la population en produits laitiers. En 2019, la production annuelle de lait au Maroc atteignait 2,55 milliards de litres.

Cette production a légèrement diminué en 2020, s'établissant à 2,5 milliards de litres, avant de chuter à 2 milliards en 2022, marquant une baisse de 21%. Avec la réduction significative du nombre de vaches laitières et une augmentation drastique des prix des aliments pour bétail, qui ont grimpé jusqu'à 88%, de nombreux producteurs, poussés au désespoir, ont vendu leur cheptel pour se tourner vers d'autres activités professionnelles.

Distribution géographique de l'élevage

L'élevage au Maroc est réparti selon les conditions climatiques, les reliefs et les zones irriguées, divisant le pays en trois principales régions d’élevage. Les zones majeures comprennent le Souss, Tadla-Doukkala-Chaouia et l’Oriental. Les zones intermédiaires incluent Marrakech-Safi et Fès-Meknès, tandis que les zones moins importantes englobent Draa-Tafilalet et le Sud du pays. La sécheresse, devenue un phénomène de plus en plus récurrent au Maroc, met à rude épreuve les ressources en eau déjà limitées, essentielles pour le pâturage et l'alimentation du bétail.

La réduction des précipitations a entraîné une diminution considérable des rendements fourragers, base de l'alimentation du cheptel laitier. Pour pallier cette situation, le gouvernement a pris des mesures telles que la subvention des aliments composés et l'abolition des droits de douane sur certains intrants agricoles pour soutenir les producteurs locaux. L'importation de lait en poudre est devenue une solution temporaire pour combler le déficit en lait frais.

Cependant, bien que cette stratégie soit efficace à court terme, elle soulève des questions sur sa durabilité économique et écologique à long terme. En termes de développement durable, l'innovation technologique et l'adoption de pratiques agricoles plus résilientes pourraient jouer un rôle crucial. Le retour aux pratiques traditionnelles et l'utilisation de races bovines locales, adaptées aux conditions climatiques rigoureuses, sont également envisagés.

Pour atteindre l'autosuffisance laitière, le Maroc doit non seulement augmenter sa production, mais aussi réduire sa dépendance aux marchés extérieurs en fortifiant son secteur agricole local. Cela nécessite un plan stratégique national qui intègre les subventions actuelles, les améliorations technologiques et un soutien accru aux petits et moyens producteurs. La combinaison de politiques soutenues, d'innovations technologiques et d'un retour judicieux aux pratiques traditionnelles pourraient ouvrir la voie à un avenir plus résilient et autonome pour la filière laitière marocaine. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 24 Juillet 2024

Consommer local: le patriotisme économique à la portée de tous ?

Mardi 23 Juillet 2024

Made in Morocco : « La vision industrielle globale du Maroc est d’abord axée sur la souveraineté»

Mardi 23 Juillet 2024

Production locale : l’essor des partenariats public-privé

Lundi 22 Juillet 2024

Maroc. L'inflation à 1,8% en juin

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux