Innovation industrielle: une nouvelle ère s’annonce-t-elle ?

Innovation industrielle: une nouvelle ère s’annonce-t-elle ?

En quelques jours d’intervalle, deux mesures de taille visant à booster l’innovation industrielle ont vu le jour.

La dernière en date est la conclusion de la convention relative au soutien des programmes d’innovation industrielle, Tatwir-R&D et Innovation.

 

Par M. Diao

 

Ceux qui accordent beaucoup d’importance à l’innovation industrielle ont de quoi se rassurer, voire se réjouir. Les acteurs majeurs des secteurs public et privé ont visiblement décidé de mettre les bouchées doubles en matière d’innovation dans l’industrie, un secteur pourvoyeur d’emplois et de valeur ajoutée pour le pays.

Quelques jours après la signature de la convention tripartite de partenariat pour l’accompagnement des TPME pour la réalisation des projets d’innovation industrielle (ministère de l’Industrie et du Commerce, Fondation MAScIR et UM6P, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a présidé à Rabat la cérémonie de signature d’une convention relative au soutien des programmes d’innovation industrielle Tatwir-R&D et Innovation. Pour rappel, l’une des mesures-phares de la convention tripartite a trait à l’offre d’assistance technique et un appui financier plafonné à 500.000 DH par entreprise.

Dans le même ordre d’idées, le nouveau dispositif vise à soutenir les projets de recherche, développement et innovation proposés par les PME et les entreprises émergentes opérant dans le secteur industriel. L’objectif étant de renforcer la compétitivité des sociétés ciblées. Le nouveau programme, auquel le chef de gouvernement accorde un grand intérêt, est structuré autour de deux volets. Le premier porte sur l’accompagnement et le soutien des projets de recherche, développement et innovation des entreprises actives dans le secteur industriel. Le second volet porte sur le soutien à l’investissement technologique dans sa phase pilote.

100 projets qualifiés sont ciblés à travers l’appui au développement et le renforcement des brevets d’invention. Et ce, en absorbant 80% des coûts, à hauteur d’un montant d’un million de dirhams, en plus de l’appui aux projets d’innovation et de développement à travers une contribution de 60% (avec un plafond de 4 millions de dirhams). Il importe de préciser que le programme a l’avantage d’être financé par un mécanisme pérenne, incarné par le Fonds d’appui à l’innovation (FSI). Ce dernier a vu le jour dans le cadre de la convention signée entre l’Etat et l’Agence nationale pour la promotion des petites et moyennes entreprises, avec une enveloppe financière globale de 300 MDH annuels.

Les nouveaux dispositifs visant à booster l’innovation industrielle sont également à relier au dessein des pouvoirs publics de contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises marocaines. Ce qui est d’autant plus louable si l’on sait que les TPME sont surreprésentées sur le front des défaillances d’entreprises pour des raisons connues (allongement des délais de paiement, concurrence, physionomie du marché, etc.).

Tout l’enjeu au cours des années à venir sera de pérenniser et d’augmenter l’enveloppe budgétaire consacrée au Fonds d’appui à l’innovation (FSI). Un mécanisme appelé à participer activement à la consolidation du stock de projets innovants dans le domaine industriel à l’échelle nationale. Au final, force est d’admettre que les deux conventions évoquées plus haut posent les fondations d’une nouvelle ère plus propice à l’innovation industrielle au Maroc. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 29 Novembre 2022

Bank Al-Maghrib et la Banque d’Angleterre organisent un workshop dédié à la cybersécurité

Mardi 29 Novembre 2022

Dialogue social : Akhannouch défend son bilan

Mardi 29 Novembre 2022

Impact environnemental de la dialyse

Mardi 29 Novembre 2022

17ème session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel: de l’importance de l’immatériel

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux