Maroc : le e-paiement gagne en puissance et en maturité

Maroc : le e-paiement gagne en puissance et en maturité

Le e-paiement est devenu monnaie courante de nos jours. Depuis l’apparition de la pandémie Covid-19, les usages ont fortement évolué notamment avec l'explosion du taux de pénétration des smartphones. Aujourd’hui, on ne compte pas moins de 5 milliards d’utilisateurs mobile dans le monde. A fin janvier 2023, le Maroc comptait 33,18 millions d’utilisateurs d’Internet, pour un taux de pénétration de 88,1%, contre 84% à la même période de l’année précédente, selon les données du rapport « «We Are Social». 

Compte tenu également des progrès réalisés dans le circuit technologique ces dernières années, le Maroc a gagné en maturité et s’est montré comme un leader dans la région. Et pour preuve, les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 20,4 millions d’opérations de paiement en ligne via cartes bancaires, marocaines et étrangères, pour un montant global de 7,1 milliards de DH durant la période de 9 mois en 2022, en progression de +37,1% en nombre et +24,6% en montant par rapport à la même période de l’année 2021. 

«Le volume mondial des transactions sans espèces réalise une progression annuelle constante et régulière. Cette croissance est largement nourrie par les marchés en développement où le nombre de paiement numérique croit d'une manière plus accentuée qu'au sein des marchés qui sont immatures. Dans le secteur des transactions interentreprises, la tendance est à la généralisation grâce à la numérisation des factures, l'apparition de cartes virtuelles ou encore des solutions financières et comptables digitalisées, telles que le m-paiement et le e-commerce», a déclaré Mohamed Wajih Sbihi, président exécutif de la Fédération nationale des métiers de la distribution des produits de grande consommation (Tijara), à l’issue d’un webinaire sous le thème «e-paiement, état des lieux et perspectives» en partenariat avec Portnet.

Citant l’étude World Payments Report du géant de l'informatique Capgemini, le président de Tijara a souligné que les paiements interentreprises progressent à une croissance moyenne annuelle de 10,2% entre 2020 et 2025. Aussi, les porte-monnaies digitaux (digital wallets) représenteront plus de la moitié de tous les paiements de commerce électronique dans le monde d'ici 2024. Les modes de paiement traditionnels – tels que les cartes et les paiements en espèces – perdent rapidement des parts et pourraient représenter moins de 40 % des paiements du commerce électronique d'ici 2024.
 
Quid du e-commerce ?

«Sur le plan juridique, «aujourd'hui, la législation marocaine ne prévoit pas de définition pour le commerce électronique», a souligné Iyad Heidar, Chef de division de la distribution, Direction générale du Commerce. Il a rappelé la loi 31.08 qui édicte les mesures de protection du consommateur, y compris la protection du consommateur en ligne et qui réglemente les contrats à distance tout en définissant les cybers commerçants comme étant toute personne physique ou morale utilisant dans le cadre d'une activité professionnelle ou commerciale le réseau Internet.

Sur le plan pratique, «le commerce électronique offre de nouvelles opportunités en termes de croissance économique, de création d'emplois et constitue un facteur important d'inclusion sociale. Il est considéré aussi comme une opportunité pour les petites entreprises pour accéder plus facilement aux marchés internationaux et créer de nouvelles sources de revenus» a ajouté le représentant du ministère de l’Industrie et du Commerce.

Pour Badr Bouslikhane, Directeur général de Jumia Maroc, «malgré la croissance enregistrée ces 2 ou 3 dernières années, la contribution aujourd'hui du e-commerce reste marginale. On est sur du 1% par rapport au commerce conventionnel. Par contre, on observe une accélération des transactions, une pluralité aussi des acteurs qui est en train d'émerger, des nouvelles plateformes qui se lancent, des acteurs internationaux qui s'intéressent au marché marocain.»

En 2022, en termes de de transactions, «300 millions d'opérations de paiement ont été enregistrées, dont 50% ont été opérés via carte bancaire et 50% en multicanal», a déclaré Ismail Bellali, Directeur général du Centre monétique interbancaire (CMI). Pour 2023, «on s’est engagé dans un nouveau programme qui nous permettra de réaliser 1 million d’opérations de paiement par jour, soit un chiffre de 365 millions d’opérations sur un an», a-t-il-ajouté.

Développé par les établissements de paiement, les banques et le CMI, le M-Wallet gagne de plus en plus du terrain au Maroc. En effet «quelques 7 millions de portefeuilles électroniques distribués par les émetteurs», a révélé Bellali. D’ailleurs, Bank Al-Maghrib prévoit que les utilisateurs de mobile wallet passeront de 0,4 million en 2019 à 6 millions d’ici 2024, avec un nombre total de 1,3 milliard de transactions.

 

Par K.A

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 21 Avril 2024

Location de voitures: le nouveau cahier des charges rejeté par la Flascam

Samedi 20 Avril 2024

Notation du Maroc: «Une bouffée d’optimisme dans l’économie nationale»

Samedi 20 Avril 2024

Gitex Africa Morocco: une plateforme exceptionnelle pour les startups marocaines

Samedi 20 Avril 2024

Transition démographique: le RGPH 2024 devrait confirmer le phénomène

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux