Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Culture & Société

Activités culturelles: «Pour cette rentrée, nous avons essayé de proposer une offre culturelle diversifiée …»

Activités culturelles: «Pour cette rentrée, nous avons essayé de proposer une offre culturelle diversifiée …»
Lundi 11 Octobre 2021 - Par admin

L’Institut français de Casablanca vient de dévoiler sa programmation culturelle au titre du dernier trimestre 2021.

Tour d'horizon avec son nouveau directeur, Gaëtan Pellan.

 

Propos recueillis par R. K. Houdaïfa

 

Finances News Hebdo : Gaëtan Pellan, vous êtes le nouveau directeur de l’Institut français (IF) de Casablanca. Quelles sont vos missions ?

Gaëtan Pellan : Mes missions sont communes à celles des autres directeurs d’Institut français à l’étranger, à savoir, gérer, animer et développer un institut composé de différents services : centre de langue française, espace Campus France, médiathèque, programmation culturelle… Tout ceci en prenant en compte les spécificités du contexte dans lequel cet institut est implanté et des coopérations développées entre le Maroc et la France. Evidemment, du fait de l’importance de l’Institut français de Casablanca, ces missions sont réalisées avec une équipe de professionnels très compétents qui connaissent bien le public et la ville de Casablanca.

 

F.N.H. : Vous nous promettez une programmation très riche et éclectique pour le dernier trimestre de 2021. Que vont retrouver les spectateurs durant cette saison culturelle ? 

G. P. : Pour cette rentrée, nous avons en effet essayé de proposer une offre culturelle diversifiée autour de différents formats artistiques. En plus d’une programmation habituelle avec des séances de cinéma, des spectacles, des sorties de résidence, nous retrouverons notre public autour de plusieurs évènements importants comme Espace cirque, les Rencontres chorégraphiques de Casablanca, le Festival international d’art vidéo conjoint, avec Novembre numérique ou encore La nuit des philosophes…

 

F.N.H. : De belles projection de films nationaux et internationaux sont au rendez-vous… Nous pensons aux «Les Indes Galantes», «Gagarine», «L’homme qui a vendu sa peau», «Zanka contact» ou encore «Gaza mon amour»… Comment et pourquoi avez-vous choisi ces films-là ? 

G. P. : Oui, en effet, nous sommes très chanceux d’avoir tous ces beaux films qui sont très récents et remarqués à Cannes. Nous avons une programmation commune avec tous les Instituts français du Maroc et nous choisissons, dans cette programmation, les films en fonction de notre planning et de la présence d’invités en lien avec le film, ou encore en fonction des thématiques que nous aurons dans notre programmation culturelle spécifique à Casablanca. Pour ce trimestre, par exemple, nous aurons Les Indes Galantes pendant les Rencontres chorégraphiques de Casablanca… Cette programmation cinéma est le fruit d’une réflexion avec tous les collègues du réseau afin d’avoir un public diversifié, sans oublier le jeune public qui a une place toute particulière à Casablanca.

 

F.N.H. : Les jeunes amateurs du cinéma ne seront pas en reste. Dites-nous en quelque chose…   

G. P. : Ce trimestre, nous aurons encore plusieurs projections proposées en direction du jeune public, notamment en lien avec le FICAM avec plusieurs films d’animation. Notre souci est de proposer toujours des films de qualité à voir en famille ou en temps scolaire et, surtout, adaptés à l’âge des enfants.

 

F.N.H. : Les rendez-vous cinéma sont, sans conteste, un moment clé de la programmation culturelle de l’IF, mais ils ne sont pas les seuls. Avec les activités autour des arts du cirque, du théâtre documentaire, l’art numérique et la danse, quel est l’objectif ? 

G. P. : L’objectif est de pouvoir proposer au public de Casablanca une offre culturelle diversifiée avec des créations en cirque, en danse, en théâtre, mais aussi avec des propositions innovantes comme celle de Novembre numérique, un événement organisé aux quatre coins du monde et qui vise à favoriser l’accès de tous aux nouvelles technologies, à promouvoir l’extraordinaire diversité de la création numérique française. Cette année, nous accueillerons une grande exposition, Escape : un voyage au cœur des cultures numériques, une découverte pédagogique et ludique des cultures numériques, à travers une trentaine de créations mêlant œuvres d’art numérique, web documentaires, jeux vidéo, expériences en réalité augmentée…

 

F.N.H. : L’IF sera bientôt équipé d’un Fab Lab… 

G. P. : Oui, nous sommes en train de finaliser les travaux. Le Fab Lab sera situé au sein de la médiathèque, dans la mezzanine. Un Fab Lab, c’est un lieu modulable

où le travail collaboratif est rendu facile, avec des espaces dédiés qui s'adaptent aux publics. C'est un lieu ouvert sur l'environnement innovant, un lieu emblématique et décalé qui favorise la collaboration. La fabrication par soi-même est aussi encouragée, et comme notre Fab Lab sera plus tourné autour du son et de l’image, mais aussi des jeux vidéo, nous invitons dès à présent notre public à nous faire part de ses projets et de ses rêves pour les réaliser ensemble.

 

F.N.H. : La Nuit des philosophes, l’évènement majeur pour le débat d’idées, est de retour le samedi 4 décembre…

G. P. : Oui, en effet, je comprends depuis mon arrivée que cet évènement important est très attendu par le public de Casablanca. Nous vous ferons part très prochainement du programme que nous prévoyons pour ce moment de rencontres, d’échanges et de partage autour de philosophes marocains et français qui seront invités spécialement pour cette occasion.

 

F.N.H. : S’il fallait résumer en quelques phrases seulement les points forts caractérisant la programmation culturelle du dernier trimestre 2021 offerte par l’IF, que diriez-vous ? 

G. P. : Cette programmation est à l’image de ce que je souhaite : continuer à faire de l’Institut de Casablanca un lieu de partage, de rencontres, de savoir, de création, de découvertes, de surprises. Un lieu convivial, axé sur la pluralité, la diversité. Un lieu accueillant, ouvert pour et avec la jeunesse, un lieu d’innovation, un lieu d’égalité entre les femmes et les hommes, et sensible aux préoccupations environnementales. Des projets à construire ensemble, pour un présent et un avenir commun.

 

Une programmation pluridisciplinaire et contemporaine
A l'occasion de la saison 2021-2022 qui sera celle du «renouveau», l'IF de Casablanca compte reprendre la programmation cinéma, avec une sélection de films français, marocains et internationaux récemment sortis en salle, tels que «Les Indes galantes», «Gagarine», «L’homme qui a vendu sa peau», «Zanka contact» ou encore «Gaza mon amour». Pour fêter le retour du cinéma dans le réseau de ses salles, des réalisateurs et des comédiens viendront présenter leurs films lors de projections évènements. Le ciné jeunesse et le cinéma d’animation auront également une place importante dans cette programmation. Le Festival international du cinéma d’animation de Meknès (FICAM) sera sans nul doute l’un des moments forts du trimestre, avec pas moins de six films proposés au public du 10 au 24 octobre, parmi lesquels «L’extraordinaire voyage de Marona» d’Anca Damian et «Petit vampire» de Joann Sfar. L'IF, qui va aussi poursuivre sa collaboration artistique avec les grands rendez-vous culturels de Casablanca, va accueillir du 6 au 9 octobre la 7ème édition des Rencontres chorégraphiques de Casablanca, un festival de danse pour la diffusion des créations chorégraphiques au Maroc, ainsi que le Festival international d’art vidéo, porté par la Faculté des lettres et des sciences humaines de Ben M’sik, qui aura le Québec pour invité d’honneur du 23 au 27 novembre. Parmi les rendez-vous phares, il y a lieu de citer «Novembre numérique», un mois dédié aux cultures numériques sous toutes leurs formes : expositions, spectacles, ateliers et concerts, ainsi que la Nuit des philosophes, l’évènement majeur pour le débat d’idées, le samedi 4 décembre. Par ailleurs, tout au long du trimestre, le public pourra découvrir dans les espaces de l'Institut ou dans des lieux partenaires, différents spectacles en provenance de France, du Maroc ou d’ailleurs. Ce trimestre, l'IF va accueillir onze artistes ou compagnies en résidence artistique pour des projets cirque, théâtre, danse, arts numériques, bande dessinée et performance, autant d’occasions de rencontres extrêmement riches entre le public et les artistes.

 

 

 

 

 

 

Casablanca Actualité Culturelle Art & Culture

Partage RÉSEAUX SOCIAUX